.
Par Christelle Sochal-Tissot
.
L'homme, sa famille et ses origines
L'école Navale

Un professeur atypique

Ses engagements humanistes

Le Breton Socialiste L'Université Populaire Brestoise

Sa carrière
scientifique

Ses principales expériences et découvertes scientifiques
Tissot et ses collaborations dans le domaine de la TSF

Ducretet - Branly Ferrié - Turpain
La fin d'un grand Homme

La lutte contre la maladie
.
Nota : les paragraphes marqués [lien vers une page] sont des liens cliquables qui ouvrent une fenêtre contenant un document qui illustre le propos. Il est donc necessaire, pour une bonne compréhension, de cliquer toutes les balises repérées.
.
Présentation générale de Camille Tissot
Page 3
: l'école Navale
.

UN PROFESSEUR QUI A MARQUE LES ESPRITS



C’est en qualité d'officier professeur à l'école navale que Tissot se consacre à l'étude des oscillations électriques et à leur application au domaine maritime. A cette occasion, il fait participer ses élèves de l’école navale à ses expérimentations et conférences, ce qui lui vaut la reconnaissance et l’admiration de la majorité.

Les professeurs du Borda
Collection Joel Viel avec son aimable autorisation


On y aperçoit Camille Tissot au centre (cf aggrandissement ci dessous) - A noter que parmi eux figure également René Mesny.

Le personnage étant atypique, l’appréciation concernant Camille Tissot sur le Borda sera partagée.
Néanmoins, la plupart des témoignages resteront bienveillants :
« ... Ces quelques semaines passées sous ses ordres m’avaient appris à apprécier à leur juste valeur ses qualités de génie autant que la bonté de son cœur », affirme l’aspirant Buisson à propos de Camille Tissot (lettre à jeanne du 15 octobre 1917).

« J’avais pour mon maître, le commandant Tissot, la plus respectueuse, la plus profonde affection. Je n’oublierais jamais la bienveillance et la sympathie qu’il a bien voulu me témoigner, et lui en garderais toujours ma reconnaissance la plus émue. »,
déclare Jean Laurent dans une lettre du 20 11 1917.

 

EXTRAITS DU LIVRE DE MAURICE GUIERRE – ANCIEN ELEVE DE CAMILLE TISSOT

 

« Les ondes et les hommes – histoire de la radio »
Collection Jean-Luc Fournier

 

Premier extrait du livre :

Nous sommes en 1951. M. Guierre, ancien élève de Tissot interroge Maurice Jeance :

« - Commandant, que pensez-vous des possibilités présentes de la radio ? »
« - Qu’elles sont stupéfiantes. Comment les aurais-je prévues quand, à bord du croiseur « CONDE », en 1902, je secondais dans ses travaux notre camarade et regretté maître, le lieutenant de vaisseau Tissot».



Deuxième extrait du livre de M. Guierre :

Initiation à la TSF.

« Comme beaucoup d’anciens officiers de vaisseau, l’auteur doit son initiation hertzienne à son grand aîné, le lieutenant de vaisseau Camille Tissot. Dès ses 24 ans, C. Tissot, enseigne de vaisseau, professait la physique à l’école navale où il eut notamment pour élèves en 1893-1894, MM Maurice de Broglie et Jeance qui devaient, par la suite collaborer à ses réalisations. Ce petit homme au nez en éperon, à la barbe en collier, était autant que savant, étourdi : ceci peut être la conséquence de cela. Planté devant le tableau noir, il avait vite fait de le recouvrir d’équations blanches et nous laissait tout pantois de son savoir. Je dis bien « nous laissait », car la seconde d’après, il s’enfonçait dans une profonde méditation, ne se manifestant plus que par le frottement 25 fois répété de son bâton de craie le long d’un trait vertical : ses auditeurs, il les avait oubliés ! Puis comme un rire montait dans l’amphi, Tissot revenait sur terre, poussait un « AOUA ! » devenu légendaire et recommençait à nous exposer ses conceptions. En somme, son enseignement, avec ses sommets et ses trous – ses ventres et ses nœuds, diraient les physiciens – évoquait un phénomène ondulatoire. Je dois à C. Tissot mon dédain pour la ligne droite et le courant continu et mes préférences pour la sinusoïde et la haute fréquence. Dilection qui était d’ailleurs de bon ton parmi les apprentis électriciens au début de ce siècle. Pour eux, les ondes représentait l’esprit et tout le reste la matière ; et leurs caprices – ou de ce que, dans l’ignorance de leurs lois, nous nommions ainsi – leur conféreraient une sorte de féminité qui n’était pas pour nous déplaire. Au surplus, ce nouveau spécialiste, l’officier radio électricien, apparaissait, à l’encontre de ses camarades, comme un sorcier capable de déclencher d’un doigt cataclysmes ou prodiges …»

.....
.....

Extrait d’un cours de Tissot de 1896 -1897- On peut noter que Tissot avait déjà intégré à ses cours la télégraphie…
Archives Famille Tissot

[En cliquant sur ce lien vous aurez accès à l'intégralité des cours prodigués par Tissot à L'Ecole Navale en 1896 et 1897] A venir ...

Troisième extrait du livre de M. Guierre :

Les grandes étapes de la TSF.

« Pendant que le capitaine Férrié et son adjoint, le lieutenant Brenot, soutenaient leur dure lutte contre l’incompréhension de certains chefs, notre marine avec une grande continuité de vues, étudiait le parti à tirer de la radiotélégraphie. Nul marin n’y était mieux préparé que le lieutenant de vaisseau Tissot : licencié es sciences physique comme enseigne de vaisseau, il s’était très vite spécialisé dans la haute fréquence. Nous, ses élèves, nous tirions grande fierté de ses remarquables essais de transmission de 1898, entre la côte et, d’abord, l’île d’Ouessant (22 Km), puis l’île vierge (42 Km) ; il avait, nous le savions, découvert quantité de particularités concernant les antennes, l’influence des longueurs d’onde, les mesures et, en général, les phénomènes de propagation.
Quelques années plus tard, en 1907, c’est Tissot qui proposera à Férrié de procéder à des envois de signaux par la tour Eiffel pour la détermination des longitudes ; le 2 novembre 1908, il présentera à l’académie des sciences sa méthode de mesure… »

.

LE PET'PETARD

A l’école navale, son côté passionné, rêveur (Camille Tissot parsemait ses livres de poésies et cahiers d’expériences de fleurs séchées) et quelque peu original lui valent une caricature et un surnom étonnant : « le pet-pétard », surnom faisant référence à ses diverses expériences avec les ondes électriques (étincelles) et à son côté décalé. On peut encore admirer cette caricature aujourd’hui, exposée sur les murs de l’espace de tradition du musée de l’école navale.
.

Livre de Jules Vernes offert à Camille Tissot pour ses 10 ans
Archives Famille Tissot

Petite collection de fleurs séchées réalisée par Camille Tissot
Archives Famille Tissot

Retrouvées dans les différents ouvrages ayant appartenus à Tissot qui aimait en parsemer ses livres et parfois même ses cahiers d'expériences.

COLLECTION DES OMBRES BAILLES de l'ECOLE NAVALE




Explication de la carricature par l'école Navale :
.

L’étymologie la plus souvent admise de ce terme d’argot baille se fonde sur l’onomatopée « Pétpét » reproduisant le crépitement de l’étincelle électrique. Ce terme désigna pendant longtemps le professeur civil de physique de l’école navale. Au tournant du 20ème siècle ce vocable s’appliquera de manière plus restrictive au professeur d’électricité. Les élèves de cette période conserveront le souvenir du lieutenant Tissot qui occupa ce poste sur le Borda en menant en parallèle, d’importantes études scientifiques contribuant au développement Français de la TSF.
La caricature faite par les élèves laisse entrevoir le côté un peu lunaire du personnage.

.

LE CAS TISSOT



Si l’on en croit le témoignage du livre « Un siècle et demi d’école navale », de Jean-René Fenwick, on se rend bien compte que Tissot était tellement absorbé par ses recherches, qu’il décrochait parfois de la réalité, se laissant emporter par ses réflexions et ses rêveries. Voici ce que rapporte l’auteur de ce livre, témoignage aux traits certainement caricaturés par lui, à prendre avec précautions car l’auteur est volontiers trop féroce avec ses proies ! (Sources : archives du Borda retrouvées pour l’écriture de l’ouvrage)
« ... C’était un savant de grand mérite adonné à de mystérieuses études notamment sur les ondes hertziennes. Le poste de professeur au Borda lui avait été confié surtout pour lui permettre de poursuivre ses recherches scientifiques en toute quiétude. Apprendre l’électricité aux élèves de l’école navale était assuré par-dessus le marché.
Il réalisa du reste en 1899 la première liaison de TSF entre le phare du Portzic et le cuirassé «Masséna».

Petit, étonnamment maigre, C. Tissot disparaissait plus qu’à moitié dans une redingote trop longue, au point qu’il semblait dépourvu de jambes. Son visage falot était terminé par une barbiche effilée, poussée comme à regret. Tout dans son allure reflétait l’hésitation et la gaucherie.
Distrait comme tous les savants perdus dans leurs méditations, ce distingué Petpétard connut à la baille de multiples mésaventures dont se gaussaient sans pitié les Bordaches qui l’avaient affublé d’un surnom évoquant naïveté et virginité qui rimait avec Tissot.

Désigné certain jour pour commander l’annexe, le "Sylphe", pour quelque raison inconnue des élèves mais où le hasard n’était pas seul en cause (un tour de ses camarades du carré des officiers, sans doute), il ne se montra guère à la hauteur. Ses travaux l’avait tenu fort éloigné de la bouline. Tout se passa bien au début et le "Sylphe", docile, obéit pour l’appareillage aux commandements de l’élève de quart, opportunément appuyés par le sifflet du maitre de manœuvre.
Il en fut de même du premier virement de bord vent devant, qui s’exécuta au mieux.
Mais la brise se mit peu à peu à fraichir et, courant sa bordée à belle allure, le navire se rapprochait rapidement de la jetée.
Distrait, le commandant intérimaire attendait, insouciant, quand, sortant d’un coup de sa rêverie, il eut la notion du danger menaçant. Perdant la tête, il leva les bras au ciel et se tournant vers le maitre de manœuvre, s’écria d’un ton suppliant : « Arrêtez le, arrêtez le ! ».
Le bosco, qui veillait, traduisit aussitôt ce singulier commandement par ceux plus réglementaire en usage, et les manœuvres correctement exécutées ramenèrent le navire en grande rade.

Cette corvette dont on jasa longtemps à la baille ne fut pas pour grandir le prestige de l’infortuné Petpétard qui, retournant à ses chères études, abandonna définitivement le banc de quart ».

TISSOT ET LE CARRE DES OFFICIERS


Son coté décalé et engagé politiquement à l’inverse de la majorité de ses collègues du carré des officiers lui crée aussi comme on a pu le voir dans le témoignage ci-dessus, des inimitiés au sein du corps professoral :
En 1898, Tissot explique avec stupéfaction à Jacob, son ami philosophe, les réactions à la table du Borda à propos de l’affaire Dreyfus. Il raconte avec quel mépris on traite ces « intellectuels » qui osent douter de la justice et de l’infaillibilité des militaires !
« Certains du Borda affirment que si nous avions un gouvernement respectueux de lui-même et du pays, il y a longtemps qu’il aurait collé au mur les Grimaux et consorts et qu’on aurait flanqué à chacun, les 12 balles qu’ils méritent… » .C’est dire si les divergences de pensées étaient grandes entre lui et certains de ses collègues ! (C. Bouglé, Souvenirs – lettres d’un philosophe de B. Jacob)

Photo du carré des officiers sur le Borda on y aperçoit Tissot au juste sous du lustre à gauche.
Extrait de la revue Armée et Marine du 6 avril 1902

.

L’HOMMAGE DE L'ECOLE NAVALE


Récemment, l’école Navale a souhaité rendre hommage à Camille Tissot en exposant un kakémono présentant sa carrière et ses travaux.
Camille Tissot a ainsi rejoint cette année le « tableau d’honneur » de l’espace tradition de l’école navale, aux côtés des autres « célébrités » qui sont passés par cette grande institution.
Nous tenions à leur témoigner notre reconnaissance pour ce geste.
.

.....
.....

Espace tradition de l'Ecole Navale - Jean Luc Fournier

.

 

© Jean Luc Fournier - www.radiomaritime.com et www.camille-tissot.fr
2006 / 2009
Ce site vous est proposé par Christelle Sochal-Tissot et jean Luc Fournier pour la mémoire de Camille Tissot
.

Toute utilisation des photos de ce site à des fins commerciales ou sur les sites d'enchères est interdite.
Merci de me signaler toute autre utilisation, et de citer la page correspondante.
Malgré mon attention, si une photo présente sur ce site vous pose un problème de droits, merci de me le signaler également.

.

« Page 2 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Page 4 »

.